Soutenez La Bricole !

La Bricole continue son exploration des chansons collectées à Boulogne sur Mer.

 

Trois ans après l'album "Ne vous faites pas marins", voici une nouvelle cargaison de 14 chansons, réunies sous le titre "Jour de malheur". Les vieux carnets du peuple de la mer conservés aux archives et à la bibliothèque de Boulogne regorgent d'une vitalité qui irradie la musique de La Bricole. Avec ce matériau, les trois musiciens créent un fado septentrional, où le patois boulonnais résonne des sons entendus au large: chez le voisin anglais, complice de toutes les contrebandes, dans l'Atlantique Nord, lors des campagnes de pêche à la morue, dans les Antilles ou au maghreb lors du service national de 4, 5 ou 6 ans, en Mer Noire, où les marins s'en allaient chercher les minerais russes, ou bien l'Océan Indien, où on allait chercher le jute de Calcutta.

Crédit photo : Hélène Charpiot

La Bricole chante le port de Boulogne sur Mer, et la foule laborieuse qui l’animait il y a cinquante ans : pêcheurs, dockers, matelots, marchands, voyageurs, marins, ouvriers des conserveries. Avec la mandoline, l’accordéon et le bouzouki, trois instruments voyageurs qui créent cette musique portuaire rêvée, faite de terroir et d’échanges, les trois musiciens chanteurs font vivre des cartes postales venues du passé.

 

Les refrains entraînants issus du répertoire de chants de travail, en usage sur les navires de la « Grande Pêche » à Islande, côtoient des complaintes évoquant l’amour laissé sur le rivage, ou le mousse élevé à la dure en Mer. Un répertoire largement inédit dans le paysage du chant de marins français, puisé essentiellement dans les collectages de Michel Lefèvre.

CHANTS MARITIMES DU BOULONNAIS

Ne vous faites pas marins

© Margaux Liénard 2018